L'enfant & l'adolescent

À quel âge consulter ?

Dépister et traiter au bon moment

  • 1er dépistage entre 9 et 10 ans

L’American Dental Association et la plupart des groupements européens d’orthodontie préconisent une visite de dépistage systématique entre 7 et 8 ans, avant l’arrivée de toutes les dents définitives. Cette consultation permet de dépister d’éventuels troubles de croissance de la mâchoire et des dents ou d’éventuels problèmes fonctionnels (déglutition, phonation et respiration) ou ceux liés à de mauvaises habitudes (succion du pouce, dents en avant, béance) qui doivent être traités le plus tôt possible avant qu’ils ne s’installent durablement. Cela permet de les corriger avec des moyens simples et légers (appareil d’interception) en profitant de la croissance osseuse de l’enfant.

  • 2nd dépistage entre 9 et 10 ans

Cette consultation permet de contrôler l’évolution des dents définitives et de commencer à traiter rapidement et facilement des problèmes comme les «inclusions» (dent définitive coincée dans l’os et qui ne fait pas tomber la dent de lait) ou tout autre trouble de développement des mâchoires.

  • 3ème dépistage entre 10 et 13 ans

Théoriquement, un premier appareil d’interception entre 7 et 10 ans a rééquilibré, si nécessaire, les proportions de la mâchoire. La visite entre 10 et 13 ans permet d’organiser le traitement principal lorsque les dents définitives sont toutes présentes.

Il est primordial de commencer le traitement principal au bon moment. Si les dents définitives ne sont pas encore sorties le traitement sera plus long.
Si le traitement débute trop tard par rapport à la croissance osseuse, le traitement sera plus long et plus lourd, et donc mal toléré au bout d’un certain temps par l’adolescent.

La succion du pouce

Parmi les problèmes couramment dépistés par le praticien et identifiés par les parents, la succion du pouce qui persiste au-delà de la maternelle est une cause fréquente de première consultation.

De façon visible, les dents prennent une mauvaise position (dents en avant) et la mâchoire se déforme; de façon moins visible la succion du pouce entraîne aussi une dysfonction de la langue. La langue adopte une position incorrecte au repos et pendant la déglutition. Cette position incorrecte aggrave la déformation déjà provoquée par le pouce. Or la succion du pouce réconforte l’enfant, il lui est donc difficile d’arrêter. Quand le praticien considère que l’enfant a l'âge et la maturité psychologique suffisante, une consultation est organisée pour l’amener à arrêter le pouce de son plein gré.

Une intervention trop précoce peut conduire l’enfant à l’échec et le perturber psychologiquement et une intervention trop tardive favorisera l’installation de l’habitude déformante.

Quand l’enfant a abandonné la succion du pouce, le port d’un appareil simple et bien toléré corrige en 12 mois ou plus les déformations de la mâchoire tout en limitant les malpositions des dents. Si par la suite l'enfant ne replace pas sa langue en bonne position, quelques séances de rééducation linguale auprès d'un orthophoniste sont prescrites.

Les mauvaises fonctions

Certaines fonctions essentielles comme la phonation, la déglutition, la respiration - dysfonctions - se réalisant mal compromettent la croissance harmonieuse des mâchoires. Il est essentiel d’établir un diagnostic précoce pour rétablir celle-ci et diminuer ainsi la lourdeur du traitement orthodontique par appareillage fixe.